"Religilous" et "c'est dur d'être aimé par des cons"

Bill Cet automne est riche en documentaires traitant de la question religieuse et de sa place dans l’espace public. Hier, soit le 3 octobre 08, sortait conjointement aux Etats-Unis et au Canada, le documentaire satirique « Religilous », mettant en scène l’humouriste Bill Maher. Le sujet du film n’est guère original: montrer que les religions rendent dogmatique, intolérant et pousse inévitablement à la violence. Pour être plus précis, le film ne dénonce pas tant les religions que les religieux et surtout ceux qui font commerce des croyances que ce soit pour des questions d’argent ou de pouvoir. Le film donne une grande place à la religion aux Etats-Unis: on a donc droit aux pasteurs-entrepreneurs qui portent des chaussures en lézard, le fondateur du « Creation museum » et autre évangélique illuminé. Le film est émaillé de (hauts) lieux comme Jérusalem, Rome, Salt Lake City (c’est pour la dimension géographique). Ces lieux sont parfois surprenants: ainsi, une longue séquence se déroule dans un parc à thème de Floride:  » The Holy land experience » (le site Internet vaut le détour). Ce dernier met en scène la vie du Christ au travers des décors hollywodiens et un spectacle musical à mi-chemin entre Broadway et « la Passion du Christ » de Mel Gibson. Le spectacle culmine avec le chemin de croix et la crucifixion. Ce qui est étonnant est que le parc est autant un lieu de loisir qu’une opportunité pour vivre une véritable expérience religieuse. Cela en dit long sur la localisation du religieux. Le film ne dit pas si le parc à thème pousse jusqu’à mettre en scène l’épisode de Jésus chassant les marchands du  Temple. Le plus marquant c’est finalement l’impossibilité de Bill Maher à communiquer avec l’essentiel de ses interlocuteurs: ils parlent la même langue mais n’ont pas le même langage. L’idée que la religion comporte une manière de voir le monde, un type de discours, est ici très forte. Pour résumer, c’est l’histoire d’un type qui parle de religion avec des religieux: il ne les comprend pas et eux ne le comprennent pas.mahometL’autre documentaire bientôt sur les écrans canadiens et déjà sorti en France est « C’est dur d’être aimé par des cons » réalisé par Daniel Leconte. Le film retrace le procès fait au journal Charlie Hebdo après la parution des caricatures du Prophète Mahomet. Je n’ai vu que la bande annonce mais tout porte à croire que c’est encore une affaire de gens qui se parlent et ne se comprennent pas. J’en parlerai quand je l’aurai vu. La critique du site Rue89 n’est pas tendre du tout. 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s