« Tenir le haut de l’affiche : analyse structurale des prétentions au charisme », un article de Baptiste Coulmont

RFS_493_L148Je vous recommande chaudement la lecture de l’article de Baptiste Coulmont, »Tenir le haut de l’affiche : analyse structurale des prétentions au charisme », paru récemment dans la Revue Française de Sociologie.

Son article s’appuie sur un matériel original, les affiches annonçant des événements dans le champ évangélique et pentecôtiste (croisades, week-end de prière, conférences d’évangélistes…). Au cours de ma thèse j’avais été littéralement fasciné par ces affiches dont l’accumulation permet de faire ressortir des façons de faire et des codes de composition. Baptiste Coulmont appuie son analyse sur 200 affiches. Le corpus de photographies est en accès ICI: c’est une mine d’or!

Le texte est disponible sur le portail académique Cairn

J’en profite pour reproduire ce que j’écrivais sur les affiches dans ma thèse. Mon commentaire s’inscrivait dans un chapitre portant sur la mise en visibilité de lieux de culte « invisibles », les affiches permettant d’exister dans l’espace public, même si ce n’est que de manière éphémère:

« Enfin, les affiches sur les murs ou les palissades constituent une dernière manière de rendre les Eglises visibles, même s’il s’agit d’une visibilité éphémère[1]. Ces affiches sont de grand format (A1 ou A2[2]), utilisées dans les milieux évangéliques et pentecôtistes issus de l’immigration, et servent à annoncer des manifestations organisées par une, ou plusieurs Eglises, associées pour l’occasion : la tenue d’une convention, d’une croisade, d’une « soirée de miracles », ou encore la venue d’un évangéliste prestigieux. Ces affiches suivent un modèle bien rôdé, comme en témoignent les figures 68 et 69. L’annonce de l’événement proprement dit est inscrite en haut de l’affiche (dans un cas, « 10 jours de convention évangélique et prophétique », et dans un second, un « sommet prophétique en France »), avec en dessous, les photographies du (ou des) pasteur(s) hôte(s) et des différents intervenants. Enfin, des indications pratiques : les horaires et l’adresse de l’Eglise où se tient l’événement.

fig.69Figure 68 : Affiche en Plaine Saint-Denis pour « 10 jours de convention évangélique & prophétique ». (Cliché : FD, juin 2009)

fig692

Figure 69 : affiches en Plaine Saint-Denis pour un « Sommet prophétique en France ». (Cliché : FD, juin 2009)

 

Les photographies ci-dessus ont été prises au cœur de la Plaine Saint-Denis. La première affiche a été collée sur le portail rouillé d’un ancien atelier, tandis que les affiches de la figure 69 ont été placées sur un bloc de béton utilisé comme support temporaire à un poteau électrique. Ces affiches sont très nombreuses en région parisienne, en particulier en Seine-Saint-Denis. En revanche, elles sont plutôt rares à Montréal, où il semble que la culture de l’affichage évangélique n’est pas tellement répandue. La photographie ci-dessous montre une des rares affiches qui nous a été donnée de voir à Montréal.

fig70Figure 70 : Affiche pour un concert dans une Eglise haïtienne de Montréal. (Cliché : FD, mars 2008)

Ces affiches sont concentrées dans deux types d’espaces :

  • aux alentours des gares, comme celle de Saint-Denis, et des stations de métro (Porte de la Chapelle ou Château Rouge par exemple). Ce sont des emplacements stratégiques dans la mesure où ces lieux sont fréquentés par des milliers de personnes. A Paris, de telles affiches peuvent être observées à proximité de la station de métro Château Rouge, au cœur d’un quartier très fréquenté par la communauté africaine francilienne. L’affiche montréalaise (figure 36) a été photographiée à la sortie de la station de métro Côté des Neiges, à proximité de l’Université de Montréal.
  • à proximité des lieux de culte, de sorte que la concentration d’une même affiche peut aller croissante à mesure qu’on s’approche du lieu de culte de la communauté concernée.

Dans ce second cas de figure, l’affiche constitue une indication de la présence de l’Eglise à proximité. Sur le terrain, ce sont des affiches qui nous ont conduit jusqu’à des lieux de culte que nous n’aurions jamais découvert autrement. Ces affiches créent ainsi une sorte de visibilité temporaire et non officielle de la communauté (il s’agit d’affichage « sauvage »). Cette visibilité est d’ailleurs d’autant plus précieuse que les communautés ne témoignent précisément pas de leur présence par le biais des lieux de culte. Les affiches permettent ainsi de donner à voir la présence de l’Eglise quand le lieu de culte est invisible dans l’espace public.


[1] Pour en savoir plus sur ces affiches, nous renvoyons au travail minutieux de Baptiste Coulmont, présenté sur son blog : http://coulmont.com/blog/.

[2] Nous rappelons que le format A1 = 594 x 841 cm et le format A2 = 420 x 594 cm.

Publicités

2 réflexions au sujet de « « Tenir le haut de l’affiche : analyse structurale des prétentions au charisme », un article de Baptiste Coulmont »

  1. Ping : Baptiste Coulmont » “Tenir le haut de l’affiche…”, premières lectures

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s