Pour comprendre les mutations du catholicisme québécois

L’Office National du Film québécois propose gratuitement de nombreux documentaires sur des thèmes variés, notamment les faits religieux. Parmi ces documentaires, un certain nombre constituent des témoignages historiques et sociologiques du Catholicisme et de ses mutations dans la seconde moitié du 20ème siècle. Tranquillement, pas vite, un documentaire de 1972, offre une plongée dans un monde en pleine transformation et montre comment les acteurs concernés, les fidèles et les religieux, composent avec les changements rapides auxquels ils font face. Dans une perspective géographique, on sera notamment sensible aux discussions au sein de la « fabrique » de l’avenir de l’église devenue trop grande et trop coûteuse pour les paroissiens.

Voici le synopsis:

Tranquillement, pas vite (1re partie) – Que s’est-il donc passé? retrace la désagrégation et la mutation rapides de la religion catholique au Québec. Des paroissiens se réunissent et discutent de l’avenir de leur église, de sa chapelle et de ses services. Le manque de financement est au centre de la discussion, de même que la place accordée aux rassemblements communautaires payants, telles les parties de bingo, et le nombre croissant de prêtres se retrouvant sans emploi.
Tranquillement, pas vite (2e partie) – Communauté de base présente huit mois d’une expérience originale de reconstruction religieuse : celle de la communauté chrétienne de base, sise à Montréal.

Un documentaire pour découvrir les Amishs

Peut-être certains lecteurs se souviennent du film Witness, dans lequel un jeune garçon, membre d’une communauté Amish de Pennsylvanie, témoin d’un meurtre dans la gare de Philadelphie, doit se cacher, protégé par le flic bienveillant, joué par Harison Ford.

La chaîne de télévision a PBS a produit en 2012 un superbe documentaire que l’on peut visionner gratuitement (ICI) ou acheter pour 2$ sur iTunes. Loin du folklore auquel on associe trop souvent les communautés Amish (les buggies tirés par des chevaux, les chapeaux des hommes et les longues robes des femmes et, plus globalement, le refus de la modernité), le documentaire propose une approche sensible et compréhensive des ces communautés chrétiennes anabaptistes qui, persécutées en Europe, trouvèrent dans l’actuelle Penssylvanie une terre qui leur rappelait celle qu’ils avaient quittée.

La suite du documentaire, Shunned (référence au « shunning », une pratique qui consiste à mettre un individu à l’écart de la communauté), traite de celles et ceux qui ont quitté la communauté. Il sera diffusé le 4 février sur la chaîne PBS.

Un livre rédigé par plusieurs spécialistes accompagne le documentaire. On trouve en français un livre qui introduit parfaitement à ces communautés si particulières: L’énigme Amish.

À lire dans la revue EchoGeo

logoechogeo160Je signale la parution dans la revue EchoGeo d’un entretien que j’ai réalisé avec Glenn Smith, directeur de l’association montréalaise Direction Chrétienne, spécialisée dans la « missiologie urbaine ».

Intitulé « De la religion dans les sciences sociales aux sciences sociales dans la religion: l’exemple chrétien« , l’entretien est précédé d’un texte introductif qui présente les relations entre les faits religions et les sciences sociales. Le fil directeur de cet entretien est simple et peut être ramené à une question: si les faits religieux constituent des objets à étudier pour les sciences sociales, comment les grandes institutions religieuses se saisissent-ils des travaux des sciences sociales? L’exemple chrétien évangélique, à travers la figure de Glenn Smith et de l’association Direction Chrétienne, montre comment des acteurs religieux utilisent des travaux issus des sciences sociales et les mettent au service de leur travail d’évangélisation.

Quel espace pour la religion dans le monde au XXIème siècle ?

video-xnnq5bL’émission Planète Terre consacrée aux espaces des faits religieux dans le monde, enregistrée le mercredi 18 décembre en compagnie de votre serviteur et du sociologue Olivier Bobineau, est disponible ICI. L’émission peut-être écoutée pendant 3 ans et podcastée pendant 1000 jours.

Dans le cours de l’émission, il a été fait référence à plusieurs éléments:

– la sécularisation: Pour Peter Berger, dans La religion dans la conscience moderne (1971), la sécularisation est l’émergence d’une sphère religieuse distincte des autres sphères comme la politique, l’éducation ou l’économie. Un article de la revue Sciences Humaines explique la notion et les enjeux liés au « retour du religieux ».

– la post-sécularisation: la notion a été proposée récemment par le philosophe allemand Jürgen Habermas pour qualifier des sociétés dans lesquelles la place du fait religieux dans l’espace public se trouve redéfini. Vous trouverez ICI un article de Habermas paru dans la revue Le Débat.

– l’erouv, un fil ou tout élément matériel linéaire et continu qui permet de créer un espace privé symbolique au sein de l’espace. La géographe Lucine Endelstein y a consacré un bel article, « L’erouv, une frontière dans la ville?« , dans la revue Ethnologie française. Elle y parle de l’erouv dans le cadre d’une analyse des juifs Loubavitch dans le 19ème arrondissement de Paris.

– Enfin, pour en savoir davantage sur mon travail de doctorat portant sur les espaces évangéliques et pentecôtistes en Seine-saint-Denis et à Montréal, ma THÈSE est disponible en ligne.

On parle de géographie et de religions sur France Culture

image_104_imageOn parlera de géographie et de religions sur France Culture, en compagnie de votre serviteur, le mercredi 18 décembre, dans le cadre de l’excellente émission Planète Terre, la grand messe de tous les géographes.

C’est à écouter en direct entre 14h00 et 15h00. L’émission peut aussi être podcastée et écoutée en toute liberté de conscience.

Conférence à l’Institut d’Urbanisme

indexPour celles et ceux qui sont à Montréal et qui veulent en savoir plus sur l’encadrement urbanistique des lieux de culte par les arrondissements montréalais, je donne une conférence le jeudi 7 Novembre, intitulée: « Les arrondissements montréalais à l’épreuve de la diversité religieuse ».

La conférence aura lieu à l’Institut d’urbanisme, 2940 Chemin de la Côte Sainte-Catherine salle 3110, de 12h00 à 13h30.

Affiche de la conférence

God Bless America!

indexLes américains ne cesseront pas de nous étonner par leur capacité à mixer des univers apparemment incompatibles: ainsi, le succès de l’automne est une émission de télé-réalité, pudiquement appelée « docu-series », The preachers of L.A, qui propose de suivre le quotidien de 6 pasteurs ayant rencontré le succès (forcément) du sud de la Californie. On peut visiter la page officielle de l’émission. À quand une version française?

Le site internet de la chaîne CNN propose un article (en anglais) intéressant sur le sujet.

Et une petite vidéo de présentation du programme qui montre qu’on est bien loin de l’idéal de pauvreté évangélique, mais qu’on est au cœur de l’évangile de la prospérité. Comme le dit l’un des pasteurs de la vidéo: « il n’y a pas que les rappeurs qui devraient pouvoir rouler en Ferrari »…