Les lieux et les espaces du religieux

Je vous invite à découvrir le dossier consacré aux « Lieux et espaces du religieux » que j’ai eu le plaisir de coordonner dans le cadre d’un numéro spécial de la revue Studies in Religion/Sciences religieuses.

On y parle des communautés hassidiques d’Outremont, des cimetières musulmans en Ontario, des enjeux dans l’usage de l’espace intérieur d’une église montréalaise, des lieux de culte évangéliques montréalais et des locaux pour des activités religieuses dans les établissements d’enseignement supérieur québécois.

C’est l’occasion de découvrir la pertinence et la richesse des approches spatiales des faits religieux.

De la visibilité des lieux du religieux en contexte urbain : l’exemple des églises protestantes évangéliques à Montréal

Issues

Si vous avez un accès institutionnel aux revues de la maison SAGE, vous pouvez lire en primeur et en intégralité un article consacré à la visibilité des lieux de culte évangéliques à Montréal. Ce texte prendra place dans un numéro dont j’assure la direction et qui est consacré aux lieux et aux espaces du religieux.

Le résumé est ICI en accès libre et je le reproduis ci-dessous.

Dans des pages restées fameuses du tome 2 de ses Études de sociologie religieuse, Gabriel Le Bras affirmait que « l’attraction des villes a une influence ruineuse sur la religion des ruraux (…) Je suis pour ma part convaincu que, sur cent ruraux qui s’établissent à Paris, il y en a à peu près quatre-vingt-dix qui, au sortir de la gare Montparnasse cessent d’être des pratiquants » (Le Bras, 1956 : 480). Cette citation souligne la place de la ville dans des travaux de recherche qui ont fait de l’espace urbain la scène privilégiée du processus de sécularisation. Il s’agissait alors de montrer l’effacement progressif de la religion, de même que la difficulté des institutions religieuses à composer avec des réalités sociales nouvelles. Pourtant, des sociologues, historiens ou géographes, insistent désormais sur le rôle pivot que les villes occupent dans les dynamiques religieuses contemporaines. Plusieurs d’entre eux montrent avec raison que les groupes religieux acquièrent une visibilité inédite et s’adaptent aux réalités urbaines et à leurs mutations rapides. Dans les pages qui suivent, je traite des Églises protestantes évangéliques montréalaises et met en lumière leurs dimensions spatiales. À travers cet exemple je souhaite montrer que ces Églises s’insèrent dans la trame urbaine existante en déployant un « régime de visibilité » (Lussault, 2003) largement fondé sur une logique d’invisibilisation, qui résulte à la fois de qualités propres au protestantisme et d’un effort d’adaptation à des contraintes urbaines externes.

Les accommodements raisonnables pour motifs religieux et l’administration des espaces de prières dans les cégeps et les universités québécoises

Il y a de cela quelques semaines, David Koussens (professeur à l’Université de Sherbrooke), Bertrand Lavoie (Postdoctorant à l’Université de Sherbrooke) et moi-même avons remis au ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur un rapport intitulé « Pratiques d’accommodement pour motifs religieux et administration des espaces de prières dans les établissements d’enseignement supérieur au Québec: vers une approche inclusive et planifiée« . Financée par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, cette recherche a consisté en une centaine d’entrevues avec des gestionnaires, des intervenants et des usagers dans 17 établissements d’enseignement supérieur à travers l’ensemble du Québec. À ce jour, une telle recherche est unique.

Par la suite, ce terrain de recherche a donné lieu à la rédaction d’un article scientifique intitulé « Détournement des espaces et gestion asymétrique du religieux dans les établissements d’enseignement supérieur québécois » dans la revue Studies in Religion/Sciences religieuses. L’article est disponible en ligne (mais il faut être membre d’une institution de recherche qui a souscrit à la revue pour y avoir accès en version intégrale) dans la catégorie « Online First ». Il sera intégré dans quelques semaines à un dossier thématique sur les lieux et les espaces du religieux, dossier dont j’assure la direction. Cet article traite spécifiquement des espaces du religieux et s’inscrit dans des travaux qui s’intéressent à la place de la religion dans des institutions publiques fréquentées par des personnes susceptibles de demander l’accès à des locaux spécifiques pour la pratique religieuse. Il y a ainsi des travaux sur la religion en prison ou dans les hôpitaux. Dans le contexte de sociétés laïques et sécularisées, une tension surgit entre neutralité des institutions et respect des libertés religieuses.

It was a cinema ; it is now the house of God !

Résultat de recherche d'images pour "annales de géographie"Je viens de publier dans le numéro 731 des Annales de géographie un texte intitulé « It was a cinema ; it is now the house of God ! Les Églises sans église ou le renversement des contraintes spatiales en opportunités ». Ce texte s’appuie sur un terrain en cours réalisé auprès d’Églises évangéliques qui ne disposent pas de locaux pour leurs activités religieuses, mais louent des salles dans des cinémas ou des établissements scolaires. Loin de n’être que le résultat de contraintes liées au manque d’opportunités foncières pour les groupes religieux, il s’agit de stratégies qui se trouvent intégrées à un discours sur le rôle des Églises et de leur ancrage dans la société québécoise.

Le texte est disponible sur la plateforme Cairn 

Les enjeux du « zonage religieux » en contexte urbain : l’expérience montréalaise

Raisonnance

Vous trouverez ICI un texte que j’ai rédigé pour la  dernière livraison de la revue Raisonnance, une publication de l’Association Internationale des Maires francophones. C’est l’occasion de découvrir cette association fondée en 1979 à l’initiatives des maires de Paris (Jacques Chirac) et de Québec (Jean Pelletier).

Ce petit texte intitulé « Les enjeux du « zonage religieux » en contexte urbain : l’expérience montréalaise »s’inscrit parfaitement dans une démarche de recherche qui privilégie les collaborations avec les praticiens et les milieux municipaux. Ce faisant, je me situe dans le sillage de la recherche-action qui propose aux chercheurs de se saisir des problématiques vécues sur le terrain et d’en faire des questions de recherche.

La recherche et les (en)jeux d’écriture en sciences des religions: un séminaire de doctorat

photo_Malinowski

légende: « Malinowski at work », Omarakana, 1917. Image reproduite par Geroge W. Stocking, Jr., 1983, «The Ethnographer’s Magic. Fieldwork in British Anthropology », dans History of Anthropology – volume 1 : Observers observed, Madison : The University of Wisconsin Press, p. 100.

Cet automne j’ai le plaisir de donner un séminaire de doctorat qui porte sur la question de l’écriture en sciences humaines et sociales. L’idée du séminaire m’est venue à la lecture du livre d’Ivan Jablonka L’histoire est une littérature contemporaine. Le séminaire ne sera pas un atelier d’écriture (les étudiant-e-s n’apprendront pas à bien écrire), mais sera une opportunité pour interroger la langue dans sa forme écrite qui est, finalement, le dénominateur commun à l’ensemble des chercheur-e-s en sciences humaines et sociales, par-delà la variété des disciplines, des thèmes de recherche et des méthodologies. Il s’agira donc d’apprendre à écrire de façon plus consciente. Dans un contexte académique où les pratiques de lecture (et donc d’écriture) sont en pleine transformations, une telle réflexion m’apparaît plus que nécessaire.

Vous trouverez en format pdf le plan des séances qui indique les textes qui seront lus au cours de la session. Les suggestions sont les bienvenues.

Autour de « La religion de près » d’Albert Piette

affiche_atelier-page-001.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans le cadre du colloque international qui célèbre les 50 ans du Département de sciences des religions de l’UQAM, j’ai le plaisir d’organiser une session qui souligne un autre anniversaire: les 20 ans de la publication du livre d’Albert Piette La religion de près, ouvrage qui a beaucoup compté pour moi, tant par la fluidité de l’écriture que l’originalité de la méthode.

À cette occasion, Albert Piette ouvrira la session par une communication intitulée « Les actions et les présences ». Seront présent-e-s autour de lui: Valérie Amiraux (Université de Montréal), Lori Beaman (Université d’Ottawa), Laurent Amiotte-Suchet ( Haute école de santé Vaud) et moi-même. Le programme du colloque est disponible sur le site du Département de sciences des religions de l’UQAM.

Dans le cadre de cette session j’y proposerai une communication intitulée « La religion, espace vécu: une lecture géographique de La religion de près » (les géographes apprécieront le clin d’oeil à Armand Frémont). J’y explorerai différentes modalités de la présence des lieux et de l’espace dans le livre (la paroisse, l’église et la salle paroissiale), et comment ils trouvent leur place dans la « chaîne d’associations » qui participent de la présence divine.

Faire entendre « Les voix de Maisonneuve »

Capture d_écran 2018-05-30 à 21.23.19Il y a de cela quelques jours a eu lieu le lancement officiel du webdocumentaire Les voix de Maisonneuve, un travail collectif piloté par la sociologue Valérie Amiraux auquel j’ai eu la chance de participer.

L’objectif de ce webdocumentaire est simple: faire entendre celles et ceux que l’on n’a (presque) jamais entendu au cours des deux dernières années, lorsque le Collège de Maisonneuve était sous les projecteurs des médias. Le webdocumentaire est donc organisé autour des témoignages oraux recueillis pendant plusieurs semaines au Collège, transcrits et joués par des tierces personnes. Les lecteurs français qui ne savent rien de Maisonneuve peuvent lire l’introduction du rapport sur la radicalisation que j’ai dirigé il y a de cela maintenant près de deux ans. Lire la suite

De retour de Chicoutimi

Le colloque de la Société québécoise pour l’étude de la religion qui s’est tenu dans le cadre de la conférence de l’ACFAS fut riche en présentations de qualité et en rencontres. Comme souvent dans ce type d’événements, l’essentiel se joue en dehors du colloque, quand on se retrouve autour d’une bière en fin de journée.

Ce colloque fut pour moi l’occasion de partager les premiers éléments d’une recherche ethnographique que je consacre actuellement à trois Églises québécoises: La Chapelle, Église 21 et Resurgent Church. Toutes trois possèdent plusieurs traits communs: elles sont de création récente, attirent beaucoup de jeunes adultes et de jeunes familles, développent un discours sur un Réveil québécois (avec d’ailleurs un imaginaire de la « Révolution tranquille ») et se réunissent dans des cinémas, des théâtres et des auditoriums dans des établissements d’éducation. Lire la suite

Prier et magasiner: une église dans un centre d’achat du Saguenay

IMG_1910[1]Comme l’a si bien montré David Lodge dans son roman Un tout petit monde (Small World) les colloques et les conférences sont en partie (et en partie seulement!) des prétextes à voyager. Actuellement à Chicoutimi pour le colloque de la dynamique Société québécoise pour l’étude de la religion (SQER), enchâssé dans la conférence annuelle de l’ACFAS, j’ai eu l’occasion de dîner (« déjeuner » pour les Français) dans un « food court » intégré à un centre d’achat non loin de l’université. Le nom du centre d’achat, Place du Royaume, prometteur quant à sa dimension religieuse, m’a tout de suite fait pensé aux « salles du Royaume » des Témoins de Jéhovah. Lire la suite